L'excommunication du jour : Gabriel Matzneff

Publié le par Simon Castéran

L'excommunication du jour : Gabriel Matzneff

Tout d'abord, mon cher Gabriel, laisse-moi te féliciter. La tribune haineuse que tu as signée ce 30 novembre dans Le Point est, à n'en point douter, un magnifique coup marketing. Vivant sur le souvenir de ta gloire passée, incapable de produire le moindre écrit nouveau ou de quelque intérêt, le monde avait fini par t'oublier ; mais par la grâce des attentats, te voilà à nouveau sous le feu des projecteurs, réchauffant tes vieux os à la chaleur de cette honteuse polémique.

Et ce, de la plus honorable manière qui soit : en crachant sur la mémoire des victimes des attentats, ainsi que sur leurs survivants, cette "génération Bataclan" « petit-bourgeoise » caractérisée, dis-tu, par la « médiocrité », la « niaiserie » et « le vide spirituel ». Entre le « zozo qui s'est mis une ceinture de coeurs autour de la taille » - plutôt que des explosifs, le con ! - « l'imbécile qui se balade avec une pancarte "Vous êtes tous supers !" » et le jouisseur impénitent « qui déclare fièrement que son but dans la vie est de continuer à se distraire », force est en effet de constater que notre génération est d'une rare médiocrité. L'empathie et la joie sont vraiment les plaies de ce siècle, mon pauvre Matzneff. Heureusement que tu es là pour les combattre !

Prônant l'amour et la compassion plutôt que la haine, les petits bonheurs de la vie occidentale plutôt que l'ascèse de l'Islam radical, nous n'avons rien compris. Tels les « trois petits cochons » de la comptine, nous préférons « danser en rond » ; et « continuer à boire des bocks de bière » en espérant que « surtout, surtout, les vilains terroristes du méchant calife Abou Bakr Al-Bagdadi [nous] laissent tranquilles, na ! » à l'insouciance enfantine que tu dépeins - gorgée de cochon et d'alcool pas du tout halal - répond la diabolisation ironique du « grand méchant loup » de Daech : faut-il en conclure que, plus que le péril djihadiste, c'est l'insouciance de notre jeunesse qui à tes yeux nous menace ?

De Daech à Matzneff, une même haine de la laïcité

Alors certes, je ne te ferai pas l'insulte de voir en toi un émule de l'Etat prétendument Islamique. Mais je m'interroge : en fustigeant ainsi notre désir d'être heureux malgré l'horreur, et surtout notre « vide spirituel », ne prospères-tu pas sur le même fonds de commerce que celui de nos assassins ? En effet, l'un et les autres semblez avoir la même haine de ce qui fait notre société sécularisée : la jouissance de la liberté personnelle, le goût de la vie et de la convivialité, ainsi que le droit de ne pas croire.

Si je t'ai bien compris, tu préférerais que l'Etat, au mépris de la laïcité, nous parle « du salut de [nos] âmes, de l'ascèse, du jeûne et de Dieu », bref, de la « transcendance ». Qu'il ait fait jouer, lors de l'hommage national aux victimes, le Dies Irae du Requiem de Mozart, plutôt que Barbara – même si tu tiens à préciser que tu adores Barbara, ce qui d'ailleurs sera la seule précaution oratoire de ta tribune, quand d'autres auraient été bien plus nécessaires. On a les pudeurs qu'on peut.

Surtout, je sens comme une admiration secrète à te voir souligner que le « méchant calife » réussit, mieux que la République, à parler à nos brebis perdues « de leur âme » ; qu'il « leur enseigne la transcendance » et « leur explique que ce qui fait la grandeur de l'Homme, comme l'enseignèrent jadis le Bouddha, Epicure [et] le Christ (...) c'est le dépassement de soi [et] le sacrifice ». Peux-tu juste me rappeler à quel endroit de leurs enseignements, ces illustres lumières nous ont appris que l'Homme se grandissait en se faisant exploser au milieu d'une foule ? Alors oui, c'est vrai, en s'éparpillant ainsi "façon puzzle", le dépassement de soi est incontestable.

Le dévoiement de la foi

Mais pour le reste, la comparaison s'arrête là. Car jamais le Bouddha, Epicure ou le Christ n'ont émis l'idée que le don de soi supposait le sacrifice des autres. Même Mahomet, dans nombre de versets du Coran, appelle au respect de la vie ; puisque comme tout don de Dieu, celle-ci est sacrée. Ce dont Abou Bakr Al-Bagdadi, qui se présente comme l'un de ses descendants, n'a visiblement que faire : le sacrifice kamikaze, tout comme cette idée fausse de la transcendance, sont des mensonges impies et meurtriers. En rapprochant ainsi les prêches de « l'archange de la mort » de ceux, bien plus pacifiques, de Jésus ou de Bouddha, tu ne fais donc pas seulement un contresens : tu insultes la foi et la religion, en ce qu'elles ont de plus nobles.

Comme tant de chrétiens que j'ai pu croiser au cours de ma vie, tu confonds le geste pour la foi, et le bénitier avec l'église. A l'image du père Hervé Benoît, qui s'est également fendu d'une tribune fort peu chrétienne assimilant les victimes des attentats à leurs assassins, ta foi n'est pas faite d'amour, mais de haine. Pour preuve, vous vous êtes tant éloignés du message christique que vous n'arrivez même plus à souffrir pour les autres. Pire, à vous lire, les victimes des attentats, et ceux qui les entourent de leur affection, deviennent des coupables. Mais en vérité, je te le dis : en faisant preuve d'autant de compassion, ces « zozos » que tu détestes ont fait preuve sans le savoir de bien plus d'esprit chrétien, de caritas, que le moindre de vos écrits obscènes. Alors, où est donc ce « vide spirituel » que tu nous reproches, sinon en vous seuls ?

Mais je serai indulgent avec toi, Gabriel. Plutôt que de t'agonir d'injures, je t'invite plutôt à relire les Evangiles, afin d'y retrouver le vrai sens de la chrétienté, qui est l'amour des autres. Et afin que tu ne te perdes pas encore une fois dans de fausses interprétations, je te conseillerais bien de retourner au catéchisme ; mais à la lumière de tes anciens écrits, toi l'autoproclamé « amant des enfants »... je crains que cela ne fasse encore scandale.

Allez va, je préfère t'excommunier.

Commenter cet article

Anne 13/12/2015 12:51

je me rappelle bien d'une émission d'Apostrophe dans laquelle il était l'invité de Bernard Pivot, afin de parler de son bouquin. Il parlait avec émotion de la beauté des toute jeunes filles et de l'amour tout à fait normal qu'un homme peut éprouver pour elles. Une intellectuelle canadienne dont j'ai oublié le nom, lui avait fait passer un sale quart d'heure. Il me semble bien qu'il essayait de se défendre piteusement en parlant du droit à la jouissance et du gout de la vie.. Grand Méchant loup? vieux cochon!

Simon Castéran 13/12/2015 14:08

Oui, en effet. C'était Mme Bombardier, je crois. Et elle avait bien raison, puisque dans ses "journaux intimes" (plus très intimes, du coup), Matzneff racontait ses "amours" avec des jeunes garçons de 12-13 ans à Manille. Aaaah, le temps béni où les vieux messieurs libidineux pouvaient aller violer des enfants dans le Tiers-Monde sans craindre de voir débarquer la police...

Mymy 07/12/2015 17:05

Un peu trop dispute entre Chrétiens alors que les victimes n'étaient pas que, n'est-ce pas ?
Par ailleurs, Matzneff semble avoir oublié qu'à 20 ans, le mouvement premier est d'ignorer la mort et d'aimer la vie pour la croquer à pleines dents, que c'est l'âge où il est normal de s'amuser et se distraire comme il a dû le faire lui-même au même âge, alors qu'il devait en même temps est certainement perclus de transcendance et de spiritualité. G. Matzneff n'a jamais bu un verre à une terrasse et n'a jamais assisté à un concert entre 2 visites à l'église avec st-Augustin sous l'bras. CQFD. L'un n'empêche pas l'autre.
Parmi les victimes, que des petits cochons décérébrés ? Vraiment ? Des petits cochons pourtant pour la plupart instruits, qui traversaient les affres de leur époque et s'investissaient pour certains dans de glorieux combats - sur terre et pour les vivants.

Et qui peut être sûr qu'une ceinture de coeurs ou de fleurs n'est pas plus transcendantale que celle de grenades qui est, convenons-en, bien plus facile et cheap d'un certain point de vue ?
Le modèle républicain est bien plus subtil qu'il n'y paraît. Il permet d'être (en vie) ce que l'on veut dans la dignité à travers un combat de tous les jours, autrement plus ouvert au dépassement de soi et aux possibles qu'une mort partagée à la manière des anciens pharaons, menant à un hypothétique paradis réservé à ceux qui ont seulement appuyé sur la détente. Détente.

Simon Castéran 07/12/2015 18:37

Bien dit !

AXE COFFRAGE 05/12/2015 22:19

Qui parle des millions de musulmans tués par Daech en Afrique ?

Laetitia 02/12/2015 22:35

J'ai découvert votre blog grâce à un ami. A la lecture de cet article j'ai voulu lire celui de G.M dans le Point afin de me faire ma propre opinion.
Si j'étais un tant soit peu croyante je dirais " Mon dieu que de bêtise et encore je serais très polie "
Quel manque de respect et de tolérance de la part de cette personne envers les victimes, la jeunesse et les personnes en générale. Je pense qu'il faudrait lui rappeler qu'en France nous sommes bel et bien dans un état LAÏQUE . Libre à chacun de vouloir croire en un dieu et ce quel qu'il soit. Ou bien ne pas y croire !
Je vous lis avec plaisir chaque fois. J'adore votre plume.
A très bientôt

Simon Castéran 02/12/2015 23:37

Merci beaucoup, je suis très touché !

Castergu 02/12/2015 20:08

C'est M le Maudit!