Candidature spontanée à un poste de journaliste au sein de Charlie Hebdo

Publié le par Simon Castéran

M. Simon Castéran

c/o Pôle Emploi

100 impasse de la Dèche

31000 Toulouse

Charlie Hebdo

6, non 10 rue Nicolas-Appert

75011 Kaboul-sur-Seine

 

Objet : Candidature spontanée à un poste de journaliste au sein de Charlie Hebdo

Madame, Monsieur,

Suite au récent départ de plusieurs de vos collaborateurs seniors, je me permets de vous soumettre ma candidature spontanée au poste de journaliste au sein de Charlie Hebdo. Lecteur fidèle de votre journal depuis plus de quinze ans, j'ai été bien sûr, à l'instar de millions de personnes en France et dans le monde, profondément choqué par l'OPA (offre publique d'attentat) menée mercredi 7 janvier sur votre PME par Djihad International, la multinationale des lâches et des peine-à-jouir.

Soucieux de contribuer à préserver l'exception culturelle de notre pays, ainsi que son droit naturel à emmerder tous ceux que l'idée même de liberté effraie, je serais ravi de mettre toutes mes compétences au service de votre journal. Lesquelles, comme vous le verrez, sont nombreuses : rédacteur, correcteur, agent d'entretien, pourvoyeur d'alcool et de blagues débiles, et même agent de protection quand je ne suis pas bourré et que j'ai encore mes lunettes. Une excellente initiative, m'a même félicité mon conseiller Pôle Emploi puisque, comme il le dit, « que vous soyez embauché ou assassiné, ça fera toujours un chômeur de moins ».

Concurrence compassionnelle

Malgré toutes mes qualités professionnelles et humaines, je sais néanmoins que la concurrence sera rude. Il n'y a, pour s'en convaincre, qu'à voir la foule immense de soutiens que votre malheur a suscité : parmi eux, des lecteurs fidèles de Charlie, bien sûr, mais aussi nombre de résistants de la dernière heure, dont l'honnêteté et le courage n'ont d'égal que celui de leurs courageux prédécesseurs de 1944, qui retournèrent en un clin d'oeil leur veste de collabo pour y arborer le sigle des FFI. Par la grâce d'un attentat islamiste, voici donc les détracteurs de Charlie Hebdo convertis à la cause de la satire nécessaire et de la liberté d'expression en danger ; le FN lui-même, pourtant ennemi juré de votre journal, se plaint désormais de ne pas être invité à la marche républicaine organisée en votre honneur. Pas de place pour les islamophobes ! En revanche, le personnel politique de gauche et de droite, dont Charlie prenait tant de plaisir à dénoncer les basses manoeuvres électorales, les conflits d'intérêt et la corruption, aura droit d'y tenir bannière. Hollande, Valls, Fillon, Sarkozy : que ne ferait-on pour grappiller quelques points dans les sondages !

Quant aux représentants des différentes religions, jusqu'au Pape François lui-même, tous semblent avoir oublié les années de combat judiciaire qu'eux et leurs officines vous ont opposé depuis des décennies. Autant de procès qui, plus d'une fois, ont menacé la survie de Charlie Hebdo plus sûrement qu'un attentat de fanatiques ! Alors, d'un mal peut-il sortir un bien ? Ce qu'un dialogue, plus ou moins tendu, entre les croyants des différentes chapelles et les athées de Charlie n'a pas réussi à produire, le monologue des Kalachnikov l'a fait : réunir religieux et laïcs dans un même élan compassionnel, jusqu'à faire s'envoler dans un glas surprenant les cloches de Notre-Dame de Paris. Ou quand la poudre et le sang répandus lavent le souvenir des affrontements douloureux...

Mais soyons honnêtes : la compétition la plus rude pour faire perdurer l'esprit de Charlie ne viendra ni des politiques ni des religieux, mais de mes confrères journalistes. Traumatisés par l'horreur, en pleurs et abattus, tous portent aujourd'hui bien haut une petite pancarte « Je suis Charlie ». Nul doute que, du Monde au Figaro en passant par BFM TV, l'émotion est sincère ; hélas, ce geste de sympathie et de confraternité vient tard, bien trop tard. Car oui, mes chers collègues, c'est AVANT qu'il fallait « être Charlie ». Notamment lorsque, hurlant avec les loups de la politique, certains journaux ont accusé l'hebdomadaire satirique d'aller trop loin, d'être « irresponsable » ; quand ils n'ignoraient pas, purement et simplement, les affaires et scandales levés par les excellents journalistes d'investigation de Charlie. Aussi, si l'on veut faire continuer à vivre l'esprit du journal, nous devons accepter de vivre par lui : continuer de dénoncer les grandes et petites injustices de ce monde, fustiger la cupidité, l'obscurantisme et la soif de pouvoir et surtout, nous moquer de tous, des grands, des petits, des fous et de soi-même, avec les crayons et les stylos pour seules munitions.

Intelligence âkbar !

Simon Castéran

P.S : Je précise à toutes fins utiles que je possède un arsenal qui pourrait efficacement protéger les prochaines conférences de rédaction de Charlie Hebdo. Bon, ce ne sont que des pistolets à billes et une lame pas du tout affûtée, mais croyez-moi, le Capital au XXIe siècle de Thomas Piketty fait vraiment mal quand on le prend dans la tronche.

Candidature spontanée à un poste de journaliste au sein de Charlie Hebdo

Commenter cet article

DEDE 30/01/2016 11:31

Cher Abd el Salam, moi je te dis : N'aie pas peur des images et de la musique, petit homme ! Tu vis dans la peur de ton ombre, tu n'es pas sorti des terreurs de l'enfance ! Non, il n'y a pas de monstre sous ton lit quand tu éteins la lumière ! Non, il n'y a pas de dieu barbu dans le ciel qui te surveille pour te punir quand tu fais pipi au lit ou quand tu rêves de baiser ta mère ! Ce n'est pas parce que tu crois faire plaisir à ton papa fantasmé en décapitant ceux qui ne s'autorisent à vivre leur vie d'adulte, que tu accomplis ton destin d'homme ! Ne sois plus le jouet de tes terreurs nocturnes ! Réveille toi et goûte la vie, au lieu de l'ôter à ceux qui te rendent malade de jalousie car ils ont choisi d'être libres et responsables de leurs choix et de leurs actes !

AbdElSalam 05/12/2015 16:53

Allah –glorifié et élevé soit-Il- a dit dans le Coran (selon le sens) : { Allah a très certainement fait une faveur aux croyants lorsqu'Il a envoyé chez eux un messager de parmi eux-mêmes, qui leur récite Ses versets, les purifie et leur enseigne le Livre et la Sagesse, bien qu'ils fussent auparavant dans un égarement évident. } [All 'Imrane : 164]

Gérard Biard, Luz et compagnie ; en se moquant d'Allah et de Son Messager, c'est la malédiction et le châtiment éternel qu'ils risquent de provoquer contre eux, ainsi que contre les gens qui les soutiennent ou refusent de condamner cela au nom de la liberté.

Allah Le Tout Puissant a dit dans le Coran (selon le sens) :
{ Certes, Allah et Ses Anges prient sur le Prophète; ô vous qui avez cru priez sur lui et adressez [lui] vos salutations.
Ceux qui offensent Allah et Son messager, Allah les maudit ici-bas, comme dans l'au-delà et leur prépare un châtiment avilissant.
Et ceux qui offensent les croyants et les croyantes sans qu'ils l'aient mérité, se chargent d'une calomnie et d'un péché évident. } [Al Ahzab: 56 à 58]

Crois-tu qu'il n'y a pas de liberté en Islam ?! Ou bien crois-tu que la liberté peut être illimitée ?!

Allah –glorifié et élevé soit-Il- a dit à Son Prophète - صلى الله عليه وسلم - (selon le sens): { Et Nous ne t'avons envoyé qu'en miséricorde pour l'univers. } [Al Anbiya: 107]
L'imam ibn AlQayim a dit: « Le plus authentique des deux avis sur le verset c'est que cela est général. » C’est-à-dire que la miséricorde englobe l'ensemble des croyants, l'ensemble des mécréants et des hypocrites. (voir Djalla al afham et Bada'i at tafssir vol. 2 p. 207)

'Amr ibou 'Ass, un compagnon du noble Prophète Mohammed - صلى الله عليه وسلم - n'osait même pas le regarder par pudeur.
N'allez-vous pas respecter l'homme qu'Allah a le plus aimé ? Ce respect obligatoire fait-il vraiment offense à votre prétendue liberté ?

Il arrivait que le Prophète Mohammed plaisante, mais il ne mentait jamais ; même dans les plaisanteries. Il ne faut pas être jaloux de lui ni de sa renommée, mais il faut tout simplement l'aimé comme il le mérite. Cela en suivant sa voie. Il est le meilleur guide et le meilleur modèle pour l'humanité. Il n'a pas laissé un bien sans nous l'indiqué, ni un mal sans nous en avertir.

L'imam ibn Taïmiya a dit à son sujet: « Et celui qui aura examiné les situations du monde, se sera éclairci pour lui le fait qu'Allah n'a pas comblé les gens de la terre d'un bienfait plus immense que celui de son envoi (prière d'Allah et paix sur lui), et que ceux qui ont rejeté son message, sont ceux sur lesquelles Allah a dit (selon le sens): { Ne vois-tu point ceux qui troquent le bienfait d'Allah contre l'ingratitude et établissent leur peuple dans la demeure de la perdition (l'Enfer). } [Ibrahim: 28].

C'est pour cela qu'il a caractérisé par la reconnaissance (le remerciement) celui qui a accepté ce bienfait (l'islam), Il a ainsi dit –élevé soit-Il- { Ainsi, éprouvons-Nous (les gens) les uns par les autres, pour qu'ils disent : “Est-ce là ceux qu'Allah a favorisés parmi nous ?” N'est-ce pas Allah qui sait le mieux lesquels sont reconnaissants ? } [Al An'am: 53]. »
Fin de propos (voir al djawab as-sahih).

Et Allah a le savoir de ce que les intentions cachent. Il est le Garant sur tout et Il me suffit.

Remarque : Voltaire n'est pas l'inventeur du mot Mahomet, mais cela vient des livres latins. Machomus selon Robert le moine, Mahumet selon Albert d'Aix, puis Mahumeth selon Gauillaume de Tyr, mort en 1184 ! Tout cela à l'époque des croisades, et le mot vient probablement du turc. Mais quoi qu'il en soit c'est une erreur et il faut dire Mohammed.

Lii 15/11/2015 12:25

Alors tu travailles pour Charlie hebdo ? En tout cas j'adore cet article et aussi celui de la lettre à Daech, ils sont magnifiques. Bon courage à toi et à ta famille.

Simon Castéran 15/11/2015 13:46

Non, je ne travaille pas pour eux - même si j'aimerais (ah bon, ça se voit). Ils n'ont pas dû la voir passer à ce moment-là, car comme on s'en doute, ils étaient inondés de messages de sympathie, de courriers, de propositions... Mais ce n'est pas grave, et je prends toujours autant de plaisir à recevoir mon Charlie chaque mercredi !

M- 11/01/2015 11:50

Très très bon! Merci

Simon Castéran 10/01/2015 02:23

Merci, ravi que cela vous ait plu !